Merci d’attendre votre mail de confirmation de disponibilité pour venir retirer votre livre à la librairie
Merci de sonner à la porte livraison.

Ma dévotion

Ma dévotion

Julia Kerninon

Le Rouergue

  • 6 juin 2019

    couple

    Helen, fille de l’ambassadeur de Grande Bretagne à Rome, tombe passionnément amoureuse de Franck, le fils du premier secrétaire.

    Helen offre à Franck l’occasion de fuir leur famille respective, et c’est à Amsterdam que les adolescents s’installent, dans la maison de la mère d’Helen.

    Si Helen est passionnée de littérature et en fait petit à petit son métier, Franck cherche sa voix. Ce sera la peinture.

    Helen est toujours là pour organiser la maison, recevoir les amis, fermer les yeux sur les amantes de Franck.

    Comme l’annonce le titre, c’est le récit d’une dévotion racontée par la voix d’Helen.

    Pourtant, je suis restée en dehors de son histoire : seule me tenait en haleine les frasques de Franck.

    Encore une fois, il est question, dans un roman de cette auteure d’une enfance dans une famille sans amour ; du génie (ici la peinture, dans son premier roman la littérature).

    Encore une fois, l’auteure nous dévoile jusqu’où son personnage est prête à aller par amour.

    L’image que je retiendrai :

    Celle des toiles de Franck, monumentales et géniales.

    https://alexmotamots.fr/ma-devotion-julia-kerninon/


  • par (Libraire)
    15 novembre 2018

    À quatre-vingts ans, Helen et Franck se croisent au détour d'une rue à Londres. Plus de vingt ans auparavant, une dispute les a séparés. Que s'est-il passé pour que ces deux êtres que toute une vie a unis s'éloignent ? C'est ce que va imaginer Julia Kerninon dans ce roman qui se présente comme une confession. La narratrice, en s'adressant à Franck, retrace, depuis leur rencontre à Rome, en passant par Amsterdam puis par la Normandie où le drame s'est déroulé, une existence partagée, où l'amour et l'amitié se sont mêlés et où chaque individualité s'est forgée. Un roman intense qui ne laissera pas le lecteur indifférent.


  • par (Libraire)
    11 octobre 2018

    Impossible de lâcher ce livre !

    A travers la naissance d'une relation amoureuse, une réflexion très pertinente sur les motivations inconscientes de nos actes altruistes.
    Et une très fine analyse du rapport homme-femme dans les attentes de chacun.
    Le tout du point de vue du personnage féminin, qui s'exprime dans une langue ciselé.


  • 9 octobre 2018

    Conseillé par Agathe

    Londres, 2018. Au détour d’une rue, Helen croise par hasard le chemin de Franck. Cela fait très exactement vingt-trois ans qu’ils ne s’étaient pas revus. Vingt-trois ans d’absence, vingt-trois ans de silence, vingt-trois ans à espérer. Passé la surprise de le retrouver, Helen, encore émue, décide d’entamer le récit de sa relation avec cet homme qui fut la personne la plus importante de sa vie. De leur rencontre à Rome en 1950, en passant par Amsterdam, Boston, ou encore la Normandie, jusqu’à ce fameux drame en 1995 qui marqua le début de leur longue séparation, Helen n’omet aucun détail.

    Son récit, c’est celui d’une femme dont les sentiments furent étouffés pendant des années mais qui aujourd’hui décide d’exprimer toute sa douleur enfouie en elle jusque-là.

    Son récit, c’est celui de deux carrières artistiques grandissantes. L’écriture pour elle, la peinture pour lui : ces domaines qui vont rythmer et vont servir d’exutoires à ces deux destins.

    Son récit, c’est celui d’un être dont la dévotion pleine, entière, et presque sans faille pour cet homme les aura menés au désastre.

    Amis ? Amoureux ? Amants ? L’ambiguïté est palpable dans chacun des mots de Julia Kerninon, tout comme la tension qui se crée au fur et à mesure des pages. Un livre qui n’a jamais aussi bien porté son titre.


  • par (Libraire)
    28 septembre 2018

    Helen et Frank se rencontrent sur un trottoir de Londres. Ils ne se sont pas vus depuis 23 ans. Enfants de diplomates, ils se sont connus en 1950 à Rome, au cours d’un dîner de leurs familles. Helen a été scotchée par la question de Frank Appledore : "Toi aussi, tu détestes ta famille ?" À dix-huit ans, à l’initiative d’Helen, ils partent vivre à Amsterdam, dans la maison de sa mère. Il sont partis pour échapper à l’influence toxiques de leurs familles et pour étudier. Helen surtout , grosse travailleuse ayant l’ambition de venir une critique littéraire reconnue. Frank, plus dilettante, s’est mis à la peinture. Il se lie avec Anna, une galériste, très belle femme ayant un réseau de relations qui va l’aider se faire connaître et à devenir un immense artiste. Au bout de quelques années, ils se séparent. Helen se marie et part à Boston. Elle divorce et revient vivre dans la maison de Frank, en Normandie, quand elle apprend qu’il a un fils. Plus tard, en 1955, un événement tragique met fin à leur relation jusqu’à cette rencontre à Londres.
    Sur le trottoir, Helen intime à Frank de se taire et de l’écouter. Commence alors un long monologue où la vieille dame raconte comment elle a soutenu et aidé Frank Appledore à devenir un peintre de talent. Comment elle l’a pris en charge, lui, l’insouciant qui ne s’est jamais intéressé à la vie matérielle et aux autres. Pas même à ses maîtresses qu’il a si facilement séduites et abandonnées dans un même mouvement. Comment la femme qui a l’idéal d’être une femme libre , et qui a fait ce qu’il faut pour, s’est piégée dans cette amitié au service de l’artiste peintre. Comment elle lui a voué une vraie dévotion, se mentant à elle-même en tenant le rôle que Frank lui a assigné du fait de son incompétence à prendre en charge sa vie concrète. Comment elle a fermé les yeux pour ne pas voir la réalité de la nature de leur relation et de la nature de l’intérêt que Frank lui a porté.
    Julia Kerninon écrit d’amples phrases, parsemées de digressions, de références aux contes de l’enfance, à la guerre de Troie, à des auteurs, et avoue dans son écriture sa fascination pour la peinture. Elle remonte le temps de leur relation sans rien oublier ni omettre, revient sur les lieux de leur art et de leurs cohabitations, sur le passé familial. Elle raconte ce qu’a vécu Helen, ses sentiments, ses espoirs, son abnégation. Elle met à jour tout ce que sait Helen de leur vie et que Frank - où les hommes - ne sait pas voir. Julia Kerninon est une fine et redoutable observatrice des relations humaines.
    Un très beau roman qui m’a subjugué, que j’aurais lu d’une traite si j’en avais eu le temps (le récit d’Helen dure six heures, tout de même ...)


  • par (Libraire)
    25 septembre 2018

    Une lecture intense et bouleversante

    « J’étais devenue ta servante, et comme toutes les servantes, j’ai fini par considérer que mon maître m’appartenait. » Voilà ce que livre Helen à Frank vingt-trois ans après leur séparation. Ils se sont rencontrés en 1950 à Rome et ont tous deux fui leurs familles pour s’installer ensemble à Amsterdam.
    Frank devenu peintre, Helen restera et s’occupera de lui, de tout, partira puis reviendra jusqu’à ce jour terrible de janvier 1995. C’est le récit d’une femme qui a sacrifié sa vie pour un homme, d’une dévotion telle qu’elle en est devenue dangereuse. Une lecture intense et bouleversante


  • par (Libraire)
    25 septembre 2018

    L'Amour encore et pour toujours ...

    Au début du roman, la narratrice croise par hasard dans une rue de Londres, l'homme avec lequel elle a passé la plus grande partie de sa vie.
    Frank et Helen se sont connus enfants, ont passé leur adolescence en Italie et à dix-huit ans, ont quitté leur famille pour vivre à Amsterdam. Lui est devenu un peintre célèbre, l'a délaissée, a aimé d'autres femmes mais leurs liens mêlant amour, amitié et dévotion pour elle sont restés les plus forts.
    Qu'est-ce qu'une vie lorsqu'elle est dédiée à un seul être et que celui-ci n'est pas à la hauteur de l'amour qu'on lui porte?
    Une belle écriture au service d'une histoire intemporelle.


  • par (Libraire)
    17 septembre 2018

    Coup de coeur de Sophie

    Helen se ballade dans les rues de Londres quand elle rencontre par hasard Franck.
    Ils sont âgés de quatre vingts ans et ne se sont plus revus depuis de nombreuses années …
    Pourquoi cette rupture alors qu’ils se sont côtoyés depuis leur adolescence  ?
    L’auteur déjà remarqué par ses premiers romans «  Buvard  » et « Le dernier amour d’Attila Kiss  »
    nous dépeint avec émotion et par touches délicates cette histoire d’amour.
    Un récit de vie où s’alternent vie commune et séparation jusqu’à l’ultime rupture…
    Roman à l’écriture ciselée et tout en subtilité que je ne peux que vous recommander  !!!


  • par (Libraire)
    15 septembre 2018

    Autant de maturité, de passion, de talent chez une auteure si jeune, c’en est presque indécent ! Julia Kerninon signe ici un roman magistral et confirme son « activité respectable ».


  • par (Libraire)
    13 septembre 2018

    MA DEVOTION/Julia Kerninon

    Pourquoi lit-on des romans ? Pour vivre en abrégé la vie de quelques autres, une vie, des vies que nous ne vivrons pas, et dont le roman, nous en donnant un aperçu, nous enrichit d’autant.
    Et nous savons qu’un roman est réussi quand nous en gardons trace, longtemps après l’avoir lu. Pour moi c’est le cas s’agissant de "Ma dévotion".

    "Ma dévotion", donc, se présente comme une sorte de confession de la narratrice à l’homme, peintre éblouissant, internationalement reconnu, qui a occupé le plus clair de sa vie. Le livre est découpé en 118 chapitres très brefs comme autant de peintures. Et il est construit en 8 parties dont 4 sont nommées en référence aux lieux, villes et maisons où les protagonistes ont vécu. Rome, Amsterdam, New York, Londres, Normandie.
    Ils se sont connus adolescents à Rome, elle fille de diplomate, lui fils d’un employé subalterne de l’ambassade. Helen et Franck détestent leur famille, tant leur mère que leur père, et vont nouer de là un lien complexe d’une amitié amoureuse qui va s’avérer assez déséquilibrée. Elle, dévouée à l’objet de son amour, œuvrant dans l’ombre pour sa réussite. Sa réussite de peintre. Qu’elle a aidé à éclore et à faire connaître. Sa notoriété de peintre, son égoïsme d’artiste, c’est un cas de figure assez courant, va l’éloigner d’elle. Et puis elle lui reviendra, pour se charger de l’éducation du fils qu’il a eu avec une amante de passage, jeune modèle qu’il a abandonné. Retrouvailles donc, en Normandie, au milieu des bois, jusqu’à ce qu’un épisode destructeur cause leur rupture définitive.
    Et puis, après 23 ans de silence, le hasard les fait se croiser sur un trottoir de Londres. C’est l’occasion pour Helen, écrivain, éditeur, de livrer à Franck, dans un long monologue chuchoté, sa version de leur vie, avec le recul qu’on a quand, à 80 ans passés, on entre dans le soir de l’existence.
    Et c’est alors que "Ma Dévotion" révèle ce qui en fait l’âme. L’incommunicabilité des êtres. Les mensonges, les non-dits qui les constituent. Les accords qui ne sont qu’une forme particulière de malentendu. Les trajectoires qui se côtoient, parallèles sans jamais se croiser, et en tout cas pas se fondre.

    300 pages de lecture nécessaire.


  • par (Libraire)
    5 septembre 2018

    Coup de coeur de Sophie

    Helen se ballade dans les rues de Londres quand elle rencontre par hasard Franck. Ils sont âgés de quatre vingts ans et ne se sont plus revus depuis de nombreuses années …
    Pourquoi cette rupture alors qu’ils se sont côtoyés depuis leur adolescence  ?
    L’auteur déjà remarqué par ses premiers romans «  Buvard  » et « Le dernier amour d’Attila Kiss  » nous dépeint avec émotion et par touches délicates cette histoire d’amour.
    Un récit de vie où s’alternent vie commune et séparation jusqu’à l’ultime rupture…
    Roman à l’écriture ciselée et tout en subtilité que je ne peux que vous recommander  !!!


  • par (Libraire)
    3 septembre 2018

    Après "Le dernier amour d'Attila Kiss", Julia Kerninon revient avec "Ma dévotion", histoire d'amour à sens unique.
    Helen croise, par hasard, dans la rue Frank, ami d'enfance et ex-amant. L'occasion pour elle de lui dire ses vérités pour la première fois.
    Un style exceptionnel, des personnages troublants, un texte plein de mélancolie, une vraie réussite !!

    Conseillé par Marie, Roselyne et Thierry