Ouvert le lundi de 14h30 à 19h30 et du mardi au samedi de 10h à 19h30

  • 22 novembre 2021

    A - do- ré !

    Pour le titre de son nouveau roman Mon Maître et mon vainqueur, François-Henri Désérable choisit un extrait d’un poème de Chanson pour elles par Verlaine pour décrire une passion amoureuse des temps modernes où la littérature y est complètement imbriquée.

    Le narrateur est convoqué devant le juge d’instruction pour aider à comprendre Vasco, son ami, et éclairer ses intentions à partir d’un carnet manuscrit sorte de journal de sa passion amoureuse, composé de poèmes et de haïkus. Il a été retrouvé ainsi avec un révolver et ses mains comportant des résidus de poudre.

    Tina, Vasco et Edgar ou alors Tina, Edgar et Vasco ! Pour le juge, Vasco c’est Vincent Ascot. Et, pour ce dernier, Tina est sa princesse andalouse ! Edgar, lui, il l’appelle La doudoune. Mais, Tina, elle, s’appelle, sur ses papiers d’identité, Albertine.

    François-Henri Désérable chuchote à notre oreille le récit de ce drame amoureux à partir de l’interrogatoire et les détails que révèle ou non le narrateur au juge. Mis dans la confidence, le lecteur suit ce récit comme une véritable enquête policière surtout qu’il ne connaîtra qu’à la fin l’objet de l’inculpation.

    Mais, la magie des mots, François-Henri Désérable la manie avec brio la passion amoureuse jusqu’à l’humour. L’émotion et la sensibilité souvent présentes s’écroule par un élément détonnant. Le rire fuse mais la langue reste amicale et même amoureuse pour ses deux amants que tout précipite dans le drame. Son narrateur devient défricheur de poèmes, raconteur de leur passion et délateur de leurs excès, mais juste pour nous.

    La suite ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2021/11/22/francois-henri-deserable/


  • par (Libraire)
    8 octobre 2021

    Mon Maître et mon vainqueur

    Un homme, témoin clef dans le bureau du juge, raconte la passion amoureuse qui anima deux de ses amis, et doit interpréter la principale pièce à conviction : un cahier de poèmes et de haïkus intitulé "Mon maître et mon vainqueur", titre tiré du poème "Es-tu blonde ou brune" de Verlaine...

    Un souffle qui nous emporte tres vite, un style incisif. Un art du suspense, une tension qui va crescendo, des émotions à vif, Eros qui flirte avec Thanatos... Un très grand livre sur la passion amoureuse, passion qui commence devant la Bible de Gutenberg, s'empare du cœur de Voltaire ou du pistolet de Verlaine... Un superbe hommage à ce dernier et pléthore de références à Baudelaire, Aragon, Apollinaire... des clins d'oeil littéraires parfois burlesques...

    Les lecteurs de "Belle du seigneur" y trouveront de nombreux échos, aussi une même finesse psychologique impressionnante, et les grands éclats de la passion. Un livre d'une grande maitrise, magnifique moment de littérature. Incontestablement une pépite de la rentrée 2021.


  • par (Libraire)
    27 septembre 2021

    Une histoire dévorante

    Nous sommes spectateurs de l'histoire d'amour dévorante, sauvage, crue, passionnante et passionnée entre Tina et Vasco. Mais cette histoire est surtout impossible, interdite par le mariage de Tina qui arrive à grand pas. Contée par le narrateur, ami commun des deux amoureux, on comprend vite que cette histoire ne nous est pas premièrement destinée : il parle en réalité à un juge. Pourquoi donc parle-t-il à un juge ? Que s'est-il passé ?
    C'est un roman sublime que nous propose l'auteur ici, rempli d'amour, de fougue et de poésie. Amoureux de Verlaine ou de suspense, ce livre est fait pour vous !


  • 4 septembre 2021

    Jubilatoire

    Un roman jubilatoire où l'auteur mêle à merveille humour, amour, sexe et poésie ! Vasco aime Tina d'un amour fou mais ses extravagances conduisent à des situations cocasses... Au delà de ce vernis, une belle réflexion sur l'amour, libre ou non.


  • 30 août 2021

    Conseillé par Yann

    Un livre de François-Henri Désérable à la rentrée littéraire c'est un peu, pour moi, comme la fraise cachée sous la chantilly que l'on découvre quand on croyait être arrivé à la fin du dessert. Elle revêt une saveur unique, rendue particulière par l'inéluctable fin qu'elle annonce et dont on se dit que, peut-être, il faudrait la couper en plusieurs petits morceaux, histoire de se délecter artificiellement plus longtemps. Et puis non, quand même pas, elle est belle cette fraise... ce serait dommage. On hésite, les lèvres tremblantes, un début de sueur sur le haut du front, que faire ? Que faire ? Et puis soudain c'en est trop !
    Fi de la réserve ! Fi de la patience ! Il faut lui faire un sort à ce fruit solitaire d'un rouge qui nous nargue et nous appelle parce que, zut (pour rester poli), on a bien le droit de se faire plaisir ! Et c'est bien ce que je me suis fait, plaisir, en tout bien tout honneur, avec "Mon maître et mon vainqueur".
    Où l'auteur si doué d'ordinaire pour nous parler de faits historiques s'avère tout aussi doué pour nous parler d'amour. C'est enlevé, plein de verve, joli, cru et poétique, sensible et passionnément violent... une prouesse de plus donc pour un écrivain plein de talent qui, c'est dit de façon tout à fait subjective et assumée, se consomme toujours trop vite. ♥️♥️♥️


  • par (Libraire)
    26 août 2021

    Une histoire d'amour fougueuse sur fond d'adultère, racontée avec un brin de burlesque et de provocation, le tout saupoudré de clins d'œil littéraires.
    Ce roman ne manque pas d'humour. Une belle surprise.