Gains

Gains

Richard Powers

Le Cherche Midi

  • 31 août 2012

    Etats-Unis, Boston. 1830. La famille Clare se lance dans la production de savons. La modeste entreprise familiale devient un siècle et demi plus tard une multinationale cotée en bourse diversifiée dans de nombreux secteurs. La marque a su s’impose et s’enrichir. Implantée à Lacewood, l’entreprise fait pour ainsi dire vivre la ville. 1998, Laura Bodey habitant dans cette même ville et mère de deux enfants apprend qu’elle est atteinte d’un cancer des ovaires.

    Deux récits sont menés en parallèle dans ce livre. Celui de la petite entreprise familiale Clare et de sa mutation en pieuvre au fil des évènements sociaux-économiques mais aussi historiques et surtout commerciaux. Car si au départ Clare répondait à la demande des consommateurs, elle a compris tout l’intérêt de la créer. La savonnerie est devenue une firme, un géant qui pèse son poids dans les produits ménagers, les engrais, les lessives sans oublier les produits de cosmétique et le savon. Pour prospérer, l’entreprise a su utiliser la chimie et le marketing. Un produit ne se vend pas sans la communication et la publicité, de merveilleux outils pour accroître le profit. Les dirigeants de Clare ont su flairer les modes et le tendances : jouer la carte patrie ou celle des bonnes œuvres locales, développer des gammes plus "écologique"s. Et voilà comment donner une belle image de l’entreprise au consommateur toujours plus exigeant et demandeur de nouveautés.
    Agent immobilier, Laura est divorcée et élève ses deux enfants. Sa fille est en pleine crise d’adolescence et son garçon passe son temps devant son ordi à des jeux en réseau. A quarante-deux ans, son existence bascule. Elle est atteinte d’un cancer des ovaires. Opération, chimiothérapie et un combat contre la maladie qu’elle mène de front. Laura habite non loin des usines de l’entreprise et comme tout le monde, elle a dans ses placards bon nombre de leurs produits. Les médecins essaient de la soigner, tentent de nouveaux traitements sans s’engager sur un résultat. Et quand la maladie s'avère finalement être la plus forte, Laura prévoit l'avenir de ses enfants (et là j'avoue avoir eu des poissons d'eau dans les yeux).

    Par la construction du livre, plus l’entreprise se fructifie et plus la santé de Laura se dégrade. Petit à petit, le puzzle s’assemble car il y a une jonction. Terrible et si horriblement logique.
    Avec ce livre documenté ( je pense notamment aux extraits de publicités de l’entreprise ou aux évènements historiques), Richard Powers nous amène à la réflexion en tant que consommateur/acteur. Un livre brillant, mené de main de maître et où l'émotion est bien présente !