Ouvert le lundi de 14h30 à 19h30 et du mardi au samedi de 10h à 19h30

 

 

Kallocaïne
EAN13
9782361838355
ISBN
978-2-36183-835-5
Éditeur
Moutons Electriques
Date de publication
Collection
ME.BIB.VERTIGES (1)
Nombre de pages
256
Dimensions
21 x 16,4 x 1,9 cm
Poids
335 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Kallocaïne

De

Moutons Electriques

Me.Bib.Vertiges

Offres

Autre version disponible

Karin Boye est l’une des grandes figures tutélaires de la littéraire suédoise, poète, traductrice et romancière, lesbienne, elle s’est suicidé en 1941.  Historiquement, l’une des plus grandes dystopies européennes, qui a inspiré 1984 d’Orwell.  Longtemps publié en France dans une traduction médiocre et incomplète chez un petit éditeur, ce roman a fait l’objet pour nous d’une nouvelle traduction intégrale par un spécialiste de l’autrice, Léo Dhayer, qui avait appris le suédois rien que pour servir cette passion.  Paru en poche Hélios dont il fut l’une des meilleures ventes (plus de 7500 exemplaires), il s’agit de sa première parution en grand format pour ce texte qui appartient aux trésors de la littérature mondiale.    «Très remarqué à sa sortie,  Kallocaïne  marqua notamment la culture anglo-saxonne, au point qu’il fut l’inspiration principale du 1984 d’Orwell, qui ne se cachait pas de son admiration pour le roman suédois - il lui doit en particulier la symbolique de l’œil.  Un livre puissant et poétique qui était le chaînon oublié entre 1984 et Le Meilleur des mondes mais aussi le testament d’une femme en avance sur son temps.» (Librairie Lucioles)    «Pour un état policier performant nous vous recommandons l’injection de kallocaïne. Effet secondaire : paranoïa extrême, car nulle n’est à l’abri de ce sérum de vérité. Aussi poignant que «1984», Kallocaïne est paru en 1940. (Librairie Gibert Joseph)  Dans son contexte, Kallocaïne questionne clairement la capacité d’un homme conditionné à renier son humanité, mais également la force que peut tirer un régime de ce genre de citoyen (...). Dotée d’une écriture fluide, cette dystopie offre un bon complément aux classiques que l’on peut déjà avoir lus (1984, Nous autres, Farenheit 451 ou encore le meilleur des mondes).» (Bhoemia)    «Les premières pages m’ont scotchée par leur intensité signifiante et la suite ne m’a pas déçue : chaque personnage, chaque signe est à sa place et la simplicité apparente de ce roman en fait aussi la force. Génial : l’auteur est une digne héritière d’Huxley, Zamiatine, Orwell, avec un coup de plume parfait tant il est au service du sujet de l’histoire : fond et forme indissociables. De la littérature, quoi. Merci aux Moutons électriques...» (Librairie Decitre)
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur KARIN BOYE