Ouvert le lundi de 14h30 à 19h30 et du mardi au samedi de 10h à 19h30

 

 

Brasero 3, Revue de contre-histoire
EAN13
9782373091441
ISBN
978-2-37309-144-1
Éditeur
Échappée
Date de publication
Nombre de pages
192
Dimensions
29,1 x 22 x 1,7 cm
Poids
580 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Brasero 3

Revue de contre-histoire

Échappée

Offres

Avouons-le : nous aimons les spécimens – dans tous les sens du terme. Notre intention n’est pas d’offrir une vue exhaustive sur la totalité de l’histoire humaine, comme le font bien des magazines de vulgarisation ou des revues universitaires : il s’agit plutôt d’en extraire pour nos lecteurs le fantastique et le fantasque, de lui faire découvrir tout ce que nos semblables (et dissemblables) ont pu produire de prodigieux et de singulier à travers les âges. « Éclairer l’histoire de manière oblique, en privilégiant les contestations, les marges, les personnages et événement obscurs, oubliés ou méconnus », disions-nous dans l’édito du premier Brasero.
Pour ce nouveau numéro, nous sommes donc fiers de vous présenter nos pierres de foudre, œufs d’autruche et racines de mandragore, nos momies et fœtus en bocaux, nos porcelaines de Chine et nos dents de dragon : le dessinateur Willem, compagnon de route des rebelles du mouvement Provo et de Mai 68, multicensuré, rescapé de Libération et de Charlie, revient sur sa vie trépidante ; on part sur les traces de la moins connue des révolutions de l’ère 68, celle des Œillets, au Portugal ; on revient sur la pratique du duel chez les écrivains fin de siècle, avant de faire un bout de chemin avec un randonneur anglais socialiste et anti-industriel. Un bouffon ottoman, une prêtresse hitlérienne, quelques geishas et des communistes télépathes figureront aussi au programme.
Hétéroclite ? Bizarre ? Oui, mais justement : nous aimons ces objets historiques dont l’appréhension procure, comme le disait André Breton, « la sensation d’une aigrette de vent aux tempes susceptible d’entraîner un véritable frisson ».
S'identifier pour envoyer des commentaires.