Ouvert le lundi de 14h30 à 19h30 et du mardi au samedi de 10h à 19h30

 

 

Pascale B.

Conseillé par
18 mai 2024

Le mal sous-jacent

Années 30 aux États-Unis.

Une foule de 5 000 à 6 000 personnes se rassemble pour assiéger la prison et se faire livrer par les autorités un homme de couleur meurtrier présumé d’une blanche de 20 ans.
Face aux menaces caractérisées de lynchage et à l’hésitation cupide du shérif, seul un avocat communiste pourrait obtenir un procès….

Les mécanismes de cette justice sommaire sont décrits avec brio dans ce thriller percutant, retraçant la brutalité induite par la stupidité et la faiblesse de l’homme dans la folie collective.

Un plaidoyer sans concession contre le racisme instrumentalisé indéniablement efficace.

Glaçant.

« Aucun de ceux qui entendirent ce cri ne pourrait jamais l’oublier tout à fait. Il se grava dans les mémoires, s’y couva comme une étincelle dans une bûche pourrie ».

Conseillé par
13 mai 2024

La luminescence bleue

Le récit raconte l’histoire d’Elle, jeune fille confiée par son père aux mains du rêve américain par un mariage arrangé, puis installée en 1941 sur l’île de Lyra (Géorgie méridionale).
En 1997, souffrant de « symptômes de l’oubli », elle se remémore son amour interdit et sa vie maritale.
Naviguant entre différentes époques, le roman dévoile les souvenirs, les secrets, les péchés, de manière fragmentés à travers une mémoire qui s'embrouille et confond les différentes temporalités.

La narration, d’une fluidité particulière, révèle avec précision la confusion mentale et le lecteur s’immerge dans cette nostalgie avec facilité, découvrant un passé qui se rapproche inexorablement de l’oubli, dans une atmosphère atemporelle à l’issue inéluctable.
Une lecture aussi plaisante que l’amour.

« La punition que m’inflige Gabriel est sa jeunesse éternelle ; à jamais il est ce visage sur la photo ….. »

Conseillé par
10 mai 2024

Général Armand, sauveur des libertés bretonnes

Ce roman s’inspire du parcours héroïque du Breton Armand de la Rouërie, né en 1751. Dès son jeune âge, il se distingue en défendant ardemment la justice et la liberté, sert avec bravoure dans les Gardes françaises. Ses aspirations le conduisent jusqu’en Amérique combattre les anglais, où Georges Washington le promeut au rang de général, tandis que la France ne lui accorde que celui de colonel d’infanterie.

Un personnage intéressant, à la fois indépendant et camarade, intrépide et déterminé à défendre l’honneur du roi de Bretagne et à fonder la coalition des bretons

Malheureusement, sa mort peu glorieuse ne fut pas à la hauteur de ses sacrifices.

L’œuvre de F.X Lefranc est une épopée captivante aux allures chevaleresques, où ses personnages, baptisés de surnoms originaux tels que « p’tit Chouin », « chasse-crapaud », « la fouine », ou encore « la bourrique »… évoluent dans un cadre historique précisément reconstitué et dans un langage fidèle à l’époque. Un fil rouge romantique peut-être un peu trop ténu parcourt le récit.
Une riche aventure pour le lecteur….

23,00
Conseillé par
2 mai 2024

Prisonnière du regard colonial

Baya, après une enfance traversée de tristesse et d’instabilité, est propulsée du rang de jeune domestique en Algérie au statut de célébrité à succès fulgurant en France grâce à sa passion pour le dessin de mode et à ses œuvres. Elle participe à l’inauguration de sa première exposition à Paris à l’âge de 16 ans, dans un contexte diplomatique particulier.

Ce récit d’une ascension exceptionnelle est habilement reconstitué par l’auteur à travers des confidences, correspondances et peintures. L’auteur relaye avec précision le passage de Baya en Europe, instrumentalisé puis oublié.

Devenue un mythe, une icône algérienne symbolisant la reconnaissance de l’Algérie musulmane, Baya fut photographiée et flattée, fut l’objet de légendes et fit preuve d’une grande patience et résilience ….

Ce portrait, enrichi par de jolies fresques et photographies, offre un regard intéressant sur une figure disparue de l’histoire artistique et littéraire française.

« Des mains d’artiste et de mère de famille. Des mains qui manient le pinceau pour oublier l’outrage des lessives. Des mains rudes et douces et généreuses à la fois »
« Chaque tableau ou presque est construit autour d’une jupe »

NB : 52 pages de notes et remerciements.

23,00
Conseillé par
2 mai 2024

Ajay, enfant à la pensée linéaire

Ce roman suit une famille d’origine indienne établie en Californie, en pleine ascension sociale dans un quartier privilégié, dont la quiétude est perturbée par l’interpellation d’un de leurs enfants, âgé de 12 ans…. Une affaire qui prend des proportions inattendues et dont les répercussions se font ressentir sur chacun.

La dynamique sociale et inter-générationnelle au sein de cette famille est dépeinte avec finesse et précision, décrivant leurs ressentis en matière de clivage.

À travers une écriture réaliste, l’œuvre capture l’expérience de l’immigrant qui, malgré sa contribution significative à la société, peut encore être marginalisé et subir injustice, violence policière, disparités sociales, failles du système judiciaire. Ces thèmes sont contrebalancés par les interactions communautaires et le fonctionnement des castes en Inde présentées à travers des flashbacks.

L’objectif de l’auteur semble être d’analyser les différentes perspectives individuelles face à cette situation fortuite tout en mettant en lumière la prise de conscience d’une famille vis-à-vis des préjugés persistants qui les entourent. Travailler, suffit-il à surmonter les obstacles inhérents à leur condition….
Une prose fluide qui invite à la réflexion.

« Priya vit au visage meurtri d’Ashok qu’il accusait le coup, la force d’âme de son mari finalement pulvérisé par l’innocence de leurs fils »