Samedi soir, dimanche matin
20,00
par (Libraire)
30 novembre 2020

Ils ne m'auront pas !

Arthur Seaton est jeune, ouvrier, et vit dans le nord de l'Angleterre. Sa vie se découpe entre des semaines harassantes et sans aucun intérêt à l'usine de bicyclette où il travaille avec son père, et la vraie vie, la belle, qui commence le samedi soir.
Il peut alors se saouler à mort sans remord, jongler entre les femmes, mariées de préférence, et laisser libre cours à sa sensibilité le dimanche lors de longues parties de pêche propices à la rêverie.

Mais dans la société anglaise de l'immédiat après-guerre, les esprits libres et frondeurs tels que le sien ne restent pas impunis bien longtemps et le retour de bâton sera douloureux...

Un roman jouissif par la trajectoire pleine de fureur de vivre d'un jeune révolté au franc-parler et à la gouaille communicatives, en lutte contre une société absurde et bloquée qui tente de lui faire plier l'échine, en vain.

Roman culte adapté au cinéma dès 1960, voici un texte majeur de la fraternité des "Angry young men" qui n'a rien perdu de son potentiel subversif. Du même auteur, on lira ou relira La solitude du coureur de fond dont je parlerai un autre jour.

Martin

" Car c'était un samedi soir, le meilleur moment de la semaine, celui où on s'amuse pour de bon, l'un des cinquante-deux jours de gloire dans la grande roue de l'année qui tourne si lentement, le prologue échevelé d'un morne dimanche. Le samedi soir, les frénésies contenues toute une semaine se déchaînent sans contrainte, vous purgez à grand renfort de libations confraternelles votre individu de l'emprise de toute une semaine de boulot monotone à l'usine. Vous appliquez la formule "le bonheur dans l'alcool", vous pelotez la taille des femmes et sentez la bière se répandre délicieusement dans la masse élastique de vos entrailles. "

Tous les conseils de lecture