JE SUIS L'HIVER
21,00
par (Libraire)
17 novembre 2020

Roman noir sur fond blanc

Dès janvier 2020 les éditions Asphalte nous avaient déjà régalé avec ce roman noir à l'atmosphère glaciaire.
Pampa Asiain est un jeune flic fraîchement émolu qui travaille dans la petite ville de Monge, à 400km de Buenos Aires. Quelques constructions ici et là formant une bourgade, certaines abandonnées, et surtout la pampa à perte de vue, aveuglante de blancheur une fois la neige tombée. Une solitude qui répond à la psyché profondément trouble de Pampa, un homme introverti et obsessionnel.

C'est dans cet univers esseulé que Pampa découvre au bord d'un lac le cadavre d'une jeune femme pendu à un arbre, les mains liées. En dépit du bon sens il décide de ne rien dire et d'attendre que le meurtrier se découvre.

Je suis l'hiver est un huis clos ouvert dans une pampa indéfiniment blanche et oppressante. Juxtaposition des points de vue, personnages ambivalents et fouillés sont au rendez-vous de ce roman "blanc" à atmosphère, profondément envoûtant.
Entre Fargo et Twin Peaks, le résultat est une franche réussite marquante et entêtante.

" Tout est blanc autour de lui, tout est lumineux. Le froid est lumière, la fatigue est lumière, les minces flocons de neige sont des quartiers de lumière qui lui touchent le visage, seule partie de son corps qui soit encore à nu, car il a remis ses gants et enroulé son écharpe autour de son cou. Pampa avance le long de la clôture. Il marche en ligne droite mais ne se fait pas d'illusion. Dans la plaine, les lignes droites n'existent pas. "

Martin

" Pampa est ainsi exactement le fantôme des cauchemars de l'enfant, un moignon, un noeud de ténèbres qui concentrent toutes ses peurs. Pampa est le fantôme de l'enfant mais aussi le sien propre, et il tremble d'effroi car c'est la seule chose que font les fantômes. Trembler et rester. "

Tous les conseils de lecture