Comme l'ombre qui s'en va
  •  
EAN13
9782021242676
Dimensions
22 x 15 x 3 cm
Poids
496 g

Offres

Le 4 avril 1968, James Earl Ray assassine Martin Luther King à Memphis et prend la fuite. Entre le 8 et le 17 mai de la même année, il se cache à Lisbonne où il tente d’obtenir un visa pour l’Angola. En octobre 2013, sur les traces de James Earl Ray dans la capitale portugaise, Antonio Muñoz Molina se remémore son premier voyage dans cette ville, en 1987, quand, mari et père immature, fuyant un travail médiocre, il essayait d’écrire son deuxième roman, une histoire d’amour sur fond de jazz et de roman noir, L’Hiver à Lisbonne.La fascinante reconstruction du séjour de l’assassin croise alors le passé de l’auteur, et les deux récits alternent. L’un, autobiographique, relate, à la première personne et sur un mode très intime, l’apprentissage de la vie et des mécanismes du roman ; l’autre, à la manière d’un thriller, témoigne de ce qu’est l’accomplissement de la fiction, quand, fondée sur le réel, elle va au-delà des faits pour entrer dans la conscience des protagonistes. Maître de sa création littéraire, Antonio Muñoz Molina imagine les peurs de l’assassin exhibant ses faux passeports, assiste à ses déambulations nocturnes dans les bars et les hôtels de passe, le suit pas à pas avant de revenir à Memphis pour tenter de savoir pourquoi il appuie le canon de son fusil sur la fenêtre des toilettes d’une pension misérable et exécute Martin Luther King au balcon du Lorraine Motel. En prestidigitateur, le grand écrivain espagnol fait entrer le lecteur dans le mystère de l’univers mental du tueur, où se mêlent racisme, misère, admiration pour les livres de science-fiction, et la certitude que l’on peut impunément tuer un Noir militant des droits civiques.Comme l’ombre qui s’en va est un livre important, hypnotique, qui prend le risque de mêler deux genres littéraires et, en dernière instance, expose la théorie du roman de l’auteur.Né à Ubeda, Espagne, en 1956, Antonio Muñoz Molina est l'un des plus grands écrivains de langue espagnole. Son œuvre romanesque, réunie au Seuil, a reçu de nombreux prix littéraires dont le Prix national de littérature en Espagne, le prix Femina étranger, le prix Jérusalem et le prix Principe de Asturias pour l'ensemble de son oeuvre. Il est membre de la Real Academia Española.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des libraires

par (Libraire)
19 septembre 2016

L'un de mes auteurs espagnols préférés nous livre un roman à la frontière du document, un parallèle très réussi entre deux histoires : celle du tueur de Martin Luther King et celle de l'auteur et des désirs d'écrire ! Une ...

Lire la suite

Commentaires des lecteurs

11 septembre 2016

Le fugitif et l’écrivain.

Dans son nouveau roman, l’un des plus stimulants de cette rentrée étrangère, Antonio Munoz Molina traque l’assassin de Martin Luther King lors de sa cavale à Lisbonne où il passe neuf jours, avant d’être arrêté à l’aéroport de Londres. Entre ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Antonio Muñoz Molina
Plus d'informations sur Philippe Bataillon

Dossier relatif